top of page
  • Photo du rédacteurYann

Le questionnement

Ah… les relations plurielles ! Que de questionnements et de doutes parfois. C’est assez étrange comme on peut vivre certaines choses sans leurs porter vraiment attention : on le fait et c’est tout… c’est comme ça. A l’inverse : combien certaines choses nous occupent l’esprit et viennent nous bousculer.

Je pense sincèrement que notre égo, notre mental, cherche une certaine sécurité et n’aime pas trop se poser de questions. Les ressassements d’idées ou les remises en question nous prennent une grande part d’énergie et tout semble alors plus compliqué. On voit l’aspect négatif des choses, on est plus fatigué, plus irritable et moins serein. C’est un fait.

Alors pourquoi choisir un modèle relationnel plus complexe (à priori) qu’une monogamie exclusive ? Pourquoi choisir un chemin qui n’a pas de codes ou de normes dans lesquels trouver un certain calme ?

Pour ma part, il s’agit très probablement d’une volonté d’être conscient de mes choix et de ma direction de vie.

De l’extérieur, c’est toujours pareil, les gens me perçoivent comme quelqu’un qui est torturé par les questionnements, qui doute et qui réfléchit beaucoup. Pour eux, le raccourci est assez évident : Ce style de relations n’est pas pour moi, je le subis et je suis mal avec ça.

Je pense justement qu’un petit éclairage sur mes états d’âmes est nécessaire : Oui, je réfléchis beaucoup, soit.

Dernièrement j’ai pris trois jours pour répondre à ces questions :

Est-ce que ce modèle relationnel me convient ?

Dois-je rester avec mes compagnes ?

Qu’est-ce qui me lie avec mes partenaires ?

Aujourd’hui, j’ai répondu à ses questions. L’idée n’est pas d’en faire le résumé ou l’analyse, mais d'attirer l’attention du lecteur sur le fait que c’est un choix conscient.

Ma direction de vie, ma vision du couple, les relations plurielles et ma définition de l’Amour m’appartiennent, je ne les impose pas.

L’analyse du retour sur ces trois jours est que ce genre de questionnement me pousse sans cesse à être conscient de mes choix, dans une réalité qui est la mienne. Je suis acteur de ma vie, je décide pleinement de mes choix et je suis ravi de me poser ces questions.

Je ne dis pas ici qu’il faut le faire sans cesse, juste de temps en temps. Faire le point. Se poser des questions à soi d’abord, aux autres ensuite, puis confronter les visions, les envies et les définitions.

C’est pour moi la meilleure façon d’avancer d’une manière active dans la vie !!

196 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page