top of page
  • Photo du rédacteurYann

Se développer

Ainsi va la Vie et toutes ces sortes de rencontres… Je m’étais éloigné de qui j’étais au fond de moi. De la fatigue et des doutes m’avaient envahi et je me sentais perdu. Que cela soit avec ma partenaire « principale », avec qui je passe beaucoup de temps, ou avec mon autre partenaire, je me plaignais et j’étais retourné dans mes pénombres et cette obscurité dans laquelle nait la peur. Cette peur du rejet et de l’abandon, cette angoisse de me retrouver seul et ce besoin démesuré parfois de me sentir épaulé, aidé, soutenu, compris et surtout que l’on prenne soin de moi.


Mon amoureuse me trouvait moins bien et a pris soin de moi à sa manière. Ma chère épouse faisait de même en me renvoyant à ma propre condition d’être humain. Je suis le seul à pouvoir modifier mon regard, je suis le seul à pouvoir changer ma réalité. Je suis le seul maître à bord… Facile à dire… je broyais du noir et pourtant, au fond de moi, je sentais cette lame de fond qui commençait toujours de la même manière. Cette impression que le mental ne suit plus, que des milliers d’engrenages sont en action et qu’il est vain de vouloir les comprendre et d’en supposer l’issue. Cette sensation m’a toujours accompagné dans mes apprentissages. Lors de formations ou lors de rencontres chamboulantes, mon esprit fonctionne toujours de la même manière : Il essaie de comprendre, devient une sorte d’usine à gaz et, pour finir, la soupape saute et je ne capte plus rien, je ne comprends plus rien et je me crée des histoires rocambolesques sur certaines réalités que mon cerveau aurait orchestré à la manière d’un immense complot.Puis… la Lumière revient, comme une évidence… Un schéma est tombé, un savoir s’est implanté à la place de quelque chose d’obsolète.


Pour reprendre le fil de mon histoire, entre ma chère épouse qui me disait que j’étais constamment négatif et mon amoureuse qui me disait que j’étais dans la peur et non dans l’Amour… le terrain fertile d’un déséquilibre annoncé était planté. Ne restait plus que cette douce journée du 20.02.2020 pour me révéler à moi-même.La journée fut standard, avec cette mélancolie du moment, ce manque de motivation et cette envie de ne plus aller de l’avant, de tout remettre en cause.

Puis j’ai revu une amie qui m’est chère et qui avait pris de la distance avec moi pour des raisons personnelles. Ensuite, j'ai pris part à la séance d’un groupe de parole où j’ai écouté des témoignages sur l’énergie d’une nouvelle relation. J’ai pris des notes, écrit, dessiné, j’ai nourri ma page et mon cerveau de ces merveilleux récits qui parlent du lien, de cette connexion à l’autre. Comment la vivre sans blesser l’un des partenaires, comment vivre cet enthousiasme qui nous élève et nous inspire, qui nous fait irradier l’Amour autour de nous, qui nous illumine de l’intérieur comme une flamme qui éclaire tout !


C’est l’Amour qui nous fait sourire dans le métro, qui nous fait irradier de bonheur autour de nous. C’est cette sensation merveilleuse d’être interconnecté qui illumine le cœur des gens que l’on croise, qui nous fait pétiller et nous sentir en vie.

Alors j’ai compris, j’ai enfin eu le message et l’apprentissage que j’attendais et espérais.

Oui, nous sommes dans l’ère du temps du « Moi », oui, nous sommes de plus en plus en connexion avec nos ressentis et nos émotions, oui… nous sommes à la merci de ces milliers de stages de développement personnel et ces formations ou thérapies sont à notre disposition.


Alors on en oublie l’essence même de ce qui nous fait vraiment avancer : Le lien

C’est le lien et l’interaction avec les gens qui nous fait nous lever le matin, c’est cette interdépendance qui me permet de taper sur un clavier que des hommes et des femmes ont conçu de leurs mains. C’est grâce à l’humanité tout entière que je peux écrire sur ce blog. Me développer ? Assurément ! Mais toujours avec l’autre, avec la société si incroyable, cette fourmilière faite de milliers d’engrenages qui s’imbriquent les uns les autres.


Je suis un homme de lien et je n’ai pas envie de me centrer sur ma personne et mes besoins pour devenir quelqu’un. J’ai envie d’avancer et d’apprendre à travers mes rencontres et mes interactions avec les gens, pourquoi ? Parce que cette humanité tout entière est un miroir incroyable, dans lequel je vois le reflet de mes peurs, de mes maladresses, de mes erreurs et de mes douleurs. Mais c’est également le reflet de ce qu’il y a de plus beau en chacun de nous : L’Amour, la bienveillance, l’envie de bien faire et de faire plaisir, ce besoin d’aider et de se sentir utile.


Voilà ce que j’ai compris, voilà pourquoi les pièces du puzzle se mettaient en place pour m’amener ce soir à poser ces maux et ces mots sur ce clavier.

Oui, j’ai mis du temps, j’ai pris le temps. Ce n’était pas le bon moment et je remercie toutes ces énergies qui m’ont bousculé depuis ce début d’année.


A toi ma Dragonne qui m’a rendu responsable.


A toi mon étoile qui m’a dit que la peur c’est l’inverse de l’Amour.


A toi mon amie qui m’a dit que le développement personnel ne fera pas de nous des puits de compréhension.


A vous qui dans ce groupe de parole m’avez permis de me reconnecter à ce qu’est véritablement l’Amour.


A toi ma chère guide, qui écris tant de belles choses qui résonnent (raisonnent ?) en moi parfois lentement.


A toi ma confidente pour savoir écouter en mangeant ton croissant.


A toi ma chère âme, qui s’exalte de cette expérience merveilleuse qu’est la Vie.


A vous, à l’humanité !

46 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

コメント


bottom of page